25 novembre 2020


Ce n’est plus un secret pour personne, en 2020, il est primordial pour une entreprise d’assurer une présence en ligne par l’entremise d’un site Web. Maintenant, le virage numérique que prendront bon nombre d’entreprises dans les prochaines années, et qui est déjà bien entamé au sein de plusieurs, c’est la vente en ligne de ses produits et services.

La question que certains entrepreneurs se posent résonne donc encore plus fort qu’avant : le eCommerce, est-ce que ça vaut la peine pour mon organisation? À cette question, nous nous trouvons dans l’obligation de répondre que rien n’est blanc ou noir, et que ça dépend de chaque situation. De nombreux facteurs peuvent avoir un impact sur l’intérêt de la vente en ligne pour votre entreprise : les opportunités et les contraintes de votre marché, votre cible et ses habitudes, la nature de votre offre de produits et services, etc.

Nous vous avons concocté deux articles qui décortiquent le commerce en ligne québécois et l’implémentation de votre commerce en ligne sur Amazon. Bref, on vous invite à continuer votre lecture! Nous avons tout ce que vous avez besoin de savoir pour déterminer si vous avez intérêt à vendre en ligne, et comment vous y prendre pour le faire en suivant les meilleures pratiques.

C’est quoi, le commerce en ligne?

Si on sort notre dictionnaire, le eCommerce regroupe toutes les activités liées à une transaction commerciale réalisée à distance grâce à un appareil numérique connecté à Internet. Concrètement, le concept de eCommerce regroupe la création de votre site Web transactionnel, l’action de vendre vos produits et vos services en ligne, de promouvoir votre offre, d’être présent sur un marketplace, etc.

Pour les historiens parmi vous, sachez que c’est depuis les années 1990, parallèlement à la démocratisation du Web, qu’a émergé ce canal de vente. Depuis, c’est devenu une méthode d’achat que beaucoup de consommateurs ont adoptée de façon plus ou moins régulière, en fonction de la démographie, de la culture locale entourant le eCommerce et du type de produit à acheter.

ecommerce-produits_populaires-turbulences

Le commerce en ligne au Québec, un portrait rapide

Nous savons que la tendance d’achat en ligne est très répandue ailleurs dans le monde, mais qu’en est-il au Québec? Quel est le portrait du consommateur québécois qui achète en ligne? Après consultation du maintenant fameux rapport annuel NETendances 2019, produit par le CEFRIO, on peut dire que les données sont probantes :

  • 12,45 milliards de dollars ont été dépensés par les adultes québécois en achat en ligne en 2019, soit une augmentation de 19 % par rapport à 2018.
  • 318 $ est la valeur du panier moyen des cyberacheteurs québécois en 2019, une hausse de 9 % par rapport à l’année précédente.

Ces montants indiquent que beaucoup de transactions sont effectuées sur le Web par les cyberacheteurs québécois, mais surtout, qu’ils sont prêts à débourser une somme notable à chacun de leurs achats. Vous comprendrez donc qu’il y a une réelle opportunité marchande si on ne regarde que la valeur des transactions.

Analysons maintenant la répartition démographique des achats faits via le Web. Toujours selon le CEFRIO, de nombreuses statistiques sont intéressantes et exposent des tendances qui marqueront l’évolution du eCommerce au cours des prochaines années.

  • Les 18 à 54 ans : pour ces groupes générationnels, c’est entre 75 % et 85 % des consommateurs qui sont des cyberacheteurs.
  • Les 55 ans et plus : ce taux chute sous les 50 % jusqu’à atteindre le 11 % pour le groupe des 75 ans.
  • Les 35 à 44 ans : il s’agit du groupe générationnel qui a connu la plus grande croissance du nombre de nouveaux cyberacheteurs.

Vous vous souvenez que nous vous avons mentionné que la nature de votre produit pouvait influencer votre décision de le vendre en ligne? Eh bien, nous n’avions pas menti! Voici les cinq catégories de produits qui ont eu la cote auprès des consommateurs en 2019, dans un contexte B2C :

  • Vêtements, chaussures, bijoux et accessoires
  • Billets de spectacles et de divertissement
  • Musique, films et jeux vidéo
  • Produits électroniques (téléviseurs, montres intelligentes, appareils photos, etc.)
  • Jouets et jeux

Et la pandémie dans tout ça? Des données de NETendances affichent une augmentation des pourcentages d’adeptes au eCommerce, mais une réduction de la valeur du panier moyen. Ce qui veut dire que la pandémie n’arrête pas les utilisateurs de se procurer des biens et des services en ligne et d’y découvrir de nouvelles entreprises, mais, comme dans toute période d’inquiétude financière, ils se montrent généralement plus prudents.

Commerce en ligne vs commerce traditionnel

Est-ce que le commerce en ligne doit s’opposer au commerce traditionnel? Bien sûr que non! On y voit plutôt deux canaux de ventes parfaitement complémentaires. Certaines entreprises peuvent très bien vivre en ayant uniquement pignon sur rue, tandis que d’autres rayonnent en étant 100 % numériques. Pour plusieurs, ces deux canaux coexistent soit pour offrir des services complémentaires, soit pour augmenter la portée de l’entreprise.

Un bel exemple de complémentarité de services peut être la vente en ligne avec le ramassage en magasin. C’est d’ailleurs une option qui semble plaire à de nombreux adultes québécois, car, en 2019, 46 % des cyberacheteurs ont ramassé en magasin des produits qu’ils avaient achetés en ligne. Un autre exemple pourrait être d’accepter les retours de marchandises achetée en ligne dans son magasin, comme le font La Maison Simons ou Walmart.

 

ecommerce-achat_en_ligne-article_turbulences

Les opportunités de ventes supplémentaires sur le Web : un quatrième semestre bien chargé

Vous connaissez déjà sans doute le Prime Day, le Black Friday, le Cyber Monday et le Boxing Day. Tous ces événements majeurs se retrouvent dans le quatrième trimestre (Q4) de l’année et, chaque année, représentent une opportunité de ventes en ligne incroyable.

En plus de tomber pile dans la période où l’achalandage est particulièrement accru, avant Noël, le Black Friday est l’occasion en or pour faire exploser votre chiffre d’affaires. Durant ce weekend, les consommateurs sont plus attentifs aux rabais et sont prêts à dépenser plus. Pour plusieurs, les cadeaux de Noël sont repérés des jours, voire des semaines avant le Black Friday, puis sont achetés durant cette fin de semaine. Résultat : en 2019, l’ensemble des marchands Shopify ont réalisé un chiffre d’affaires de 2,9 G$ US entre le Black Friday et le Cyber Monday.

Vous comprendrez, sans surprise, que cette période est extrêmement alléchante pour les annonceurs, et donc très compétitive pour obtenir l’attention des consommateurs. Le secret pour vous démarquer, c’est de bien préparer votre stratégie promotionnelle. Pour en savoir plus, nous vous recommandons de lire cet article de notre partenaire Novatize : « 5 conseils pour établir votre promotion du Black Friday & Cyber Monday ». On y aborde, entre autres, les opportunités d’affaires associées à une promotion d’une durée étendue et créative, à la vente croisée (cross selling) et à la montée de gamme (upselling), aux cartes-cadeaux et à la valorisation des clients existants.

Bien que le Q4 ait un potentiel de vente immense, la concurrence et les enjeux de logistique sont particulièrement rudes : un phénomène qui sera probablement exacerbé cette année par la distanciation sociale et le confinement imposés. Comme vous pouvez vous en douter, de nombreux consommateurs n’iront pas en magasin et préféreront plutôt acheter leurs cadeaux de Noël en ligne. Cette nouvelle expérience « forcée » avec le commerce en ligne accentuera fort probablement l’adhésion des consommateurs à ce canal de vente.

Afin de vous préparer pour la période des fêtes, certains éléments stratégiques doivent orienter votre approche. Appliquer les 5 stratégies eCommerce à favoriser en prévision des fêtes, aussi élaborées par Novatize, pourra vous aider à vous distinguer de votre concurrence auprès de votre cible :

  • Diversifier les plateformes publicitaires où vous affichez vos contenus promotionnels.
  • Porter une attention particulière à vos visuels pour qu’ils se démarquent.
  • Relancer rapidement les visiteurs de votre site pour augmenter leur potentiel de conversion.
  • Offrir une expérience mobile impeccable sur votre site Web.
  • Mettre en place des politiques de retour et de livraison flexibles et adaptées aux besoins de votre cible.

Ça y est! Vous êtes curieux de connaître les prochaines étapes pour démarrer votre eCommerce? Lisez notre deuxième volet : Comment faire du commerce en ligne?